中国电影法语字幕翻译中文化项的处理策略和依据

发布时间:2022-04-10 15:53:55 论文编辑:vicky

本文是一篇法语论文代写,笔者首先回顾了字幕、翻译中的文化因素和文化因素翻译(CSIS)的研究,以便为我们的分析提供参考,特别是CSIS的定义和分类、翻译策略以及影响翻译的因素。在此基础上,我们对两部中国电影《超越群山》和《我的声音》所组成的语料库进行了分析,得出了CSIS的翻译策略。最后,将我们的分析结果与Pedersen的观察结果相结合,我们可以总结出汉语文化特异性字幕翻译的总体趋势,无论是在时间和总体策略方面,还是在影响因素方面。


Chapitre I Cadre théorique de l’étude


1.1 Le sous-titrage et la traduction

On  entend  par  sous-titrage  l’activité  qui  consiste  à  fournir  une  transposition  écrite du matériel oral dans les œuvres audiovisuelles.21 Selon Shuttleworth et Cowie, il s’agit d’un processus dans lequel des « synchronized captions » (sous-titres synchronisés) sont fournis pour les dialogues dans le cinéma et la télévision.22 Le sous-titre, texte résultant de cette activité, est généralement projeté en surimpression en bas de l’image. Du point de vue linguistique, nous distinguons le sous-titrage en deux catégories : le sous-titrage intralinguistique et le sous-titrage interlinguistique.23 Le sous-titrage intralinguistique est vertical dans le sens où il consiste à « take down » (mettre par écrit) ce qui se transmet oralement, mais toujours en la même langue. Cela a deux fonctions : d'une part, assurer l’accès des personnes sourdes ou malentendantes aux informations audiovisuelles et, de l'autre,  faciliter  l’apprentissage  des  langues  pour  les  étrangers.  Pourtant,  ce  qui  nous intéresse  dans  la  présente  étude,  c’est  l’autre  catégorie  de  sous-titrage  à  savoir  celui interlinguistique. Il s’agit, cette fois-ci, d’un processus diagonal, parce que les messages sont non seulement transformés de l’oral en écrit, mais aussi d’une langue source à une langue cible, et c'est ici que la traduction entre en jeu.

En pratique, l’activité du sous-titrage interlinguistique peut concerner un processus bien complexe. Pour fabriquer des sous-titres, nous devons d’abord repérer et découper le dialogue original en fragments afin de fournir ensuite à chacun de ces fragments un sous-titre en langue cible qui apparaîtra de manière synchrone avec l’original. Et pour finir, il faut  également  incruster  les  sous-titres  à  l’image  à  l’aide  de  logiciels,  tout  en  tenant compte de la lisibilité et de l'esthétique. De plus, des modifications seront effectuées sur les  sous-titres  pour  des  raisons  techniques  ou  socioculturelles.  Dans  le  cadre  de  notre étude,  nous  nous  concentrons  plutôt  sur  le  travail  de  traduction  que  sur  les  efforts techniques  au  cours  de  ce  processus  de  sous-titrage.  Force  est  donc  de  signaler  que lorsque nous parlons du sous-titrage dans le présent mémoire, nous ne traitons que de la phase de traduction dans le sous-titrage interlinguistique.


1.2 À propos de la théorie culturelle de la traduction

La  traduction  telle  que  nous  la  connaissons  aujourd'hui  a  subi  de  profondes transformations  au  cours  des  dernières  décennies.  Les  avantages  technologiques, géographiques,  politiques  et  économiques  ont  consolidé  le  rôle  du  traducteur  et l'importance  de  la  traduction,  alors  que,  du  fait  de  la  mondialisation,  la  communication interculturelle est devenue une partie imminente de la vie quotidienne. La recherche d'un cadre  théorique  plus  complet  a  conduit  à  la  nécessité  d'enrichir  la  traduction  avec  des idées  et  des  théories  d'autres  disciplines.  Dans  ce  contexte,  une  attention  particulière devrait être accordée à l'analyse du « tournant culturel » dans le domaine de la traduction. 

Dans  les  années  1990,  Susan  Bassnett,  dans  son  livre  Translation  Studies,  a  attiré l'attention  du  monde  de  la  traduction  sur  le  contexte  culturel  et  historique  des  textes  et offert  quelques  aperçus  sur  les  facteurs  culturels  qui  affectent  la  traduction  et  les stratégies de traduction utilisées31. Cela a incité d'autres chercheurs à prêter attention au contexte culturel, politique et historique des textes traduits. Lefevere a reconnu que « les traducteurs fonctionnent dans une culture donnée à un moment donné »32 et que la façon dont  ils  perçoivent  leur  culture  et  se  perçoivent  eux-mêmes  contribue  grandement  à  la façon  dont  ils  traduisent.  Ce  tournant  culturel  a  remis  en  question  les  théories  et  les normes  antérieures,  offrant  de  nouvelles  perspectives  sur  les  impacts  culturels  sur  la langue. Mais Susan Bassnett affirme que la collaboration entre les études de traduction et les  études  sur  la  culture  n'est  pas  un  résultat  surprenant,  compte  tenu  de  leurs programmes similaires33. La langue est le cœur de la culture et la traduction est comme une sorte de « chirurgie cardiaque », donc le traducteur ne peut pas isoler la langue de la culture.

法语论文参考


Chapitre II Analyse sur les stratégies de traduction des différents types de CSIs


2.1 Choix du corpus

Afin d’analyser les stratégies de la traduction des CSIs dans le sous-titrage des films, nous avons choisi deux films chinois comme corpus, à savoir Au-delà des montagnes de Jia  Zhangke  et  So  Long,  My  Son  de  Wang  Xiaoshuai.  Les  versions  sous-titrées  en français des deux films sont toutes disponibles sur CANAL+.

2.1.1 Présentation des deux films

Le  film  Au-delà  des  montagnes  est  sorti  en  2015  et  So  Long,  My  Son  quatre  ans après.  Ils  sont  réalisés  respectivement  par  Jia  Zhangke  et  Wang  Xiaoshuai,  deux  des figures de la fameuse « sixième génération » de cinéastes chinois qui ont développé un cinéma politique ancré dans les réalités du pays. Ces deux films ont été conçus dans un style  réaliste,  ayant  pour  but  de  constituer  une  image  réelle  de  la  société  chinoise  en développement.

L’histoire d’Au-delà des montagnes couvre une période de vingt-six ans divisée en trois  époques.  Tout  commence  en  1999  quand  Tao,  une  jeune  fille  de  Fenyang,  est courtisée  par  ses  deux  amis  d’enfance,  Jinsheng  et  Liangzi.  Tao  choisit  d'épouser Jinsheng, qui est relativement plus riche, et Liangzi décide de partir tenter sa chance dans d’autres villes. En 2014, Liangzi, qui est tombé malade du fait de son travail au fond de la mine, retourne à Fenyang avec sa famille. Entre-temps, Tao a connu la rupture de son mariage et le décès de son père, et de plus, elle se sent impuissante de voir ses liens avec son fils se relâcher au fur et à mesure. La dernière partie du film se déroule en Australie dans un futur imaginaire, en 2025. Daole, le fils de Tao, doit réapprendre le chinois qu’il a  déjà  oublié  et  il  garde  seulement  des  souvenirs  très  vagues  de  sa  mère.  Malgré  son attachement  à  elle,  il  ne  sera  jamais  retourné  dans  son  pays  natal.  Ce  film  nous  a subtilement  montré  les  vicissitudes  de  la  vie  des  petits  peuples  derrière  les  énormes changements de la société chinoise. Selon les critiques de Télérama, « Jia Zhang-ke met en scène une glaciation progressive des rapports humains, une "éclipse" des sentiments, sur fond de matérialisme, de technologie et de migrations sans fin. »


2.2 Stratégies de traduction des différents types de CSIs

Notre  procédure  d'analyse  se  résume  comme  suit :  d’abord,  nous  dresserons  une liste de tous les CSIs qui se trouvent dans le dialogue et dans d’autres éléments discursifs des  deux  films,  ainsi  que  celle  de  leurs  traductions  correspondantes  dans  les  sous-titres français. Les CSIs qui seront inclus sur la liste sont tous propres à la culture chinoise et n'existent  pas  dans  la  culture  française  ou  revêtent  des  fonctions  ou  des  connotations différentes  dans  celle-ci.  Force  est  de  signaler  que  chaque CSI  ne  figurera  qu'une seule fois  sur  la  liste,  sauf  s’il  est  traduit  d’une  manière  différente.  Autrement  dit,  un  CSI traduit de deux manières différentes sera enregistré deux fois.

Ensuite, nous déterminerons, parmi les neuf démarches examinées dans le chapitre précédent  (à  savoir  l’adaptation,  la  généralisation  absolue,  la  généralisation  limitée, l’omission, la création, la transcription, le calque, l’explicitation et l’équivalent officiel), celle qui a été adoptée pour traduire chaque CSI.

Finalement,  suivant  une  typologie  que  nous  proposerons  pour  notre  corpus  et  en fonction  de  leur  sens  dans  le  contexte,  les  CSIs  seront  classés  en  quatre  grandes catégories :  les  noms  propres,  les  appellations  et  les  titres,  les  éléments  politiques  et sociaux,  ainsi  que  les  particularités  linguistiques.  Ces  catégories  seront  à  leur  tour divisées en sous-catégories, qui seront abordées au fur et à mesure de notre analyse. Cette classification ne se prétend pas exhaustive et ne s'applique qu'à la présente étude. Son but est  d’examiner  si  le  type  de  CSI  exerce  des  influences  sur  le  choix  des  stratégies  de traduction par le traducteur.

法语论文代写怎么写


Chapitre III Stratégies de traduction et facteurs d’influence : une analyse globale ............ 65 

3.1 Stratégies de traduction ponctuelles .................................... 65

3.1.1 Démarches ciblistes ......................... 65

3.1.2 Démarches sourcières ........................... 68

Conclusion ......................................... 80


Chapitre III Stratégies de traduction et facteurs d’influence : une analyse globale


3.1 Stratégies de traduction ponctuelles

3.1.1 Démarches ciblistes

Les  démarches  ciblistes  comprennent  la  généralisation  absolue,  l’adaptation,  la généralisation limitée, l’omission et la création.

La généralisation absolue a pour effet d’effacer les connotations culturelles du CSI source  par  une  reformulation  universellement  accessible.  Elle  est  la  démarche  la  plus utilisée par Duhamel Muller dans sa traduction des CSIs. Effectivement, en simplifiant le contenu  lexical  des  CSIs  à  traduire  ou/et  en  modifiant  leur  configuration  syntaxique, cette  démarche  permet  de  préserver  le  sens  essentiel  des  CSIs  et  ainsi  de  fournir  des traductions  plus  compréhensibles  et  plus  concises.  Par  conséquent,  la  généralisation absolue constitue une solution envisageable pour rendre plus accessibles les CSIs pas très bien connus par le public cible, ainsi que pour des problèmes liés aux contraintes spatio-temporelles  du  sous-titrage.  Certes,  l’emploi  de  cette  démarche  risque  d’entraîner  une perte des connotations culturelles, mais cela peut parfois être compensée par le contexte ou  d'autres  canaux  sémiotiques  comme  le  son  et  l'image.  En  ce  qui  concerne  la généralisation  absolue  et  les  types  de  CSIs,  dans  notre  corpus,  cette  démarche  a  été employée  dans  le  traitement  de  tous  les  types  de  CSIs,  notamment  ceux  qui  présentent des  particularités  linguistiques  et  des  éléments  politiques  et  sociaux.  Par  exemple,  les noms  propres  (noms  de  personne  et  de  lieu)  peuvent  être  remplacés  par  des  noms communs  de  catégorie,  et  les  noms  communs  peu  familiers  au  public  cible  par  leurs hyperonymes qui sont dépourvus de connotations étrangères.


Conclusion

L’objectif  du  présent  mémoire  consiste  à  examiner  la  traduction  des  éléments culturels  (CSIs)  dans  le  cadre  du  sous-titrage  du  film  chinois  en  français,  ainsi  qu’à analyser les stratégies de traduction des sous-titres et les facteurs ayant des influences sur le choix des stratégies du traducteur.

Pour atteindre cet objectif, nous avons d’abord passé en revue des études portant sur le sous-titrage, l'aspect culturel dans la traduction, et la traduction des éléments culturels (CSIs),  de  manière  à  établir  des  points  de  repère  pour  nos  analyses,  notamment  en matière de définition et de classification des CSIs, de stratégies de leur traduction, ainsi que  de  facteurs  ayant  des  influences  sur  celle-ci.  Sur  cette  base,  nous  avons  mené  une analyse sur un corpus composé de deux films chinois, Au-delà des montagnes et So Long, My Son, qui nous a permis de dégager les stratégies de traduction des CSIs. Finalement, en combinant les résultats de notre analyse avec les observations de Pedersen, nous avons pu être en mesure de résumer des tendances générales de la traduction en sous-titrage des spécificités  culturelles  du  chinois  en  français  et  ce,  à  la  fois  sur  le  plan  des  stratégies ponctuelles et globales, et sur celui des facteurs d’influence.

La présente recherche a répondu à deux questions principales : (1) Quelles stratégies peuvent  être  adoptées  pour  traduire  les  éléments  culturels  dans  le  cadre  du  sous-titrage des films chinois vers le français ? (2) Quels facteurs peuvent exercer des influences sur les  choix  des  stratégies  de  traduction  dans  ce  contexte  ?  Voici  nos  réponses  à  ces  deux questions : 

参考文献(略)

如果您有论文代写需求,可以通过下面的方式联系我们
点击联系客服